Électrification rurale : quand des propriétaires cèdent leur terre pour l’intérêt de leur communauté

Remise des indemnités à un possédant de l'Est

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets d’électrification, des dizaines voire des centaines de propriétaires acceptent céder une portion de leur domaine, pour la construction d’infrastructures électriques en vue de booster le développement socio-économique de leur localité.

Selon les explications de l’environnementaliste de l’Agence Burkinabè de l’Electrification Rurale (ABER), Monsieur Saodéwoulou BÈKUONÈ DABIRÉ, la plupart des projets exécutés par l’agence sont classés dans la catégorie B des projets. Ces derniers sont assujettis à une notice d’impacts environnemental et social (NIES). Le Projet d’électrification rurale décentralisée par système solaire photovoltaïque (PERD-SPV), ne faisant pas exception à la règle, a fait l’objet d’une NIES assortie d’un plan de gestion environnementale et sociale (PGES) et d’un plan d’actions de réinstallation (PAR) des personnes affectées par le projet (PAP). Pour concrétiser la mise en œuvre du PAR et permettre aux entreprises de démarrer les travaux sur le terrain, l’ABER a engagé le processus d’indemnisation des PAP des localités concernées par le projet PERD-SPV.

Sur la période du 19 au 22 janvier 2021, cela a consisté en une compensation (dédommagement) des pertes subies par différentes personnes affectées par le projet dans les régions de l’Est, du Centre-Sud et du Centre-Ouest.


Qualifiées de déplacés économiques, ces PAP, dont les localités sont bénéficiaires du Projet d’électrification rurale décentralisée par système solaire photovoltaïque (PERD-SPV), ont acceptées céder une partie de leur terre soit pour la construction de guichets de paiement des factures soit pour la construction de mini-centrales solaires photovoltaïques.

Les superficies octroyées vont de 100 m2 à 1 hectare. Pour la perte de leur champs, ces déplacés économiques ont reçu, conformément à la règlementation en vigueur, des compensations financières. Les remises ont eu lieu dans les mairies des communes bénéficiaires.

Monsieur Marcel OUEDRAOGO, Technicien Communal en Eau et Assainissement à la Mairie de Gogo

“Je suis content que le propriétaire ait accepté donner sa terre pour le développement de sa localité, partant de toute la commune”, dira le représentant du Maire de la commune de Gogo, région du Centre-sud. Témoin de la remise, Monsieur Marcel OUEDRAOGO a remercié l’ABER pour l’implication de l’autorité communale dans la mise en œuvre du processus. “Cela nous rassure et crée davantage un climat de confiance”, confiera-il plus tard. Monsieur OUEDRAOGO a, par la suite, exhorté les bénéficiaires de sa circonscription administrative, à une utilisation rationnelle des sommes perçues.

Pour sa part Monsieur Y.S. explique: “Ce n’est pas pour l’argent que j’ai accepté donner ma terre. C’est pour mieux préparer notre avenir commun”. Ce PAP de la région de l’Est, dit s’être empressé de disponibiliser l’espace nécessaire car selon lui l’arrivée de l’électricité sera bénéfique pour tous. “C’est tout le village qui va profiter et j’espère que le projet sera concrétisé dans les meilleurs délais”, a t-il laissé entendre.

Signature des registres

Le projet d’électrification rurale décentralisée par système solaire photovoltaïque (PERD-SPV) dont il est question est financé par la Banque islamique de développement (BID). Quarante huit (48) localités sont concernées dont 40 seront électrifiées via des systèmes solaires autonomes et des raccordements au réseau et 8 par des mini-centrales solaires photovoltaïques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici